Edito

Interview de Julien Kieffer – Directeur du Festival

Qu’est ce qui fait la spécificité du Festival de Saint-Paul de Vence?

Depuis 2011, nous avons l’ambition avec le Quatuor Modigliani, de mettre à l’honneur la richesse de la Musique de Chambre tout en faisant découvrir ou redécouvrir au public les plus grands musiciens d’aujourd’hui dans un village qui a une relation riche avec les Arts.

En même temps, la place de la Courtine et le labyrinthe Mirò de la fondation Maeght sont des lieux de concerts atypiques, intimes, et il faut trouver les musiciens qui permettront à la magie d’opérer dans ce cadre si particulier. Ces deux écrins ne sont  habituellement pas des lieux de concerts et si cela implique un défi, c’est aussi et surtout une chance. L’expression « musique de chambre avec vue » aurait pu être retenue mais c’est celle de « concerts panoramiques » que nous avons décidés de privilégier, tant ces concerts sont des occasions d’entendre et de voir « en grand ». Pour 2017 nous invitons les spectateurs à un panorama de la Musique de Chambre, avec une quinzaine d’artistes et autant de compositeurs à découvrir.

Justement quels sont les moments à ne pas rater lors de cette 7ème édition?

Après une édition 2016 qui a attiré 2500 spectateurs, ce qui est un record de fréquentation, nous voulions proposer des rencontres musicales variées mais ambitieuses. 

L’édition s’ouvrira avec un récital de Bertrand Chamayou qui est certainement un des plus grands pianistes actuel. Cette édition sera aussi l’occasion d’écouter des solistes de grand renom comme Daishin Kashimoto, violon super-soliste  de la Philharmonie de Berlin.

Nous voulions aussi donner à entendre les représentants les plus emblématiques de l’esthétique française reconnue de par le monde : la violoncelliste Anne Gastinel, accompagnée de Claire Désert, le pianiste Eric Le Sage, mais aussi le jeune saxophoniste de jazz Emile Parisien dont on dit qu’il est « la meilleure nouvelle du jazz européen depuis longtemps ». Enfin, la musique de chambre ce sont aussi des ensembles qui vibrent à l’unisson et des émotions que seul le plaisir de jouer ensemble procure : Le Trio Owon composé d’Olivier Charlier, Emmanuel Strosser et Sung-Won Yang, trois solistes reconnus qui ne font ici plus qu’un, et enfin le Quatuor Modigliani, qui est l’âme du festival et revient chaque année avec fidélité à Saint-Paul de Vence.

Que pouvons-nous donc vous souhaiter pour cette édition?

Il me semble que dans ce contexte incertain, parfois inquiétant, le rôle de la musique, et de l’art, grâce aux émotions et aux rencontres qu’ils permettent sont une nécessité de plus en plus vitale. Que ces moments de juillet partagés ensemble puissent être à la fois une belle respiration mais aussi nous l’espérons, une inspiration. Ces oeuvres universelles qui traversent l’épreuve du temps, et ces musiciens magnifiques en sont en tous cas une source intarissable.