Saint-Paul de Vence

Un site et une histoire unique

Dressé sur son éperon rocheux, et protégé par ses remparts, le village médiéval de Saint-Paul de Vence est présenté unanimement comme l’un des plus beaux villages de Provence. Outre son site, préservé de façon exceptionnelle, Saint-Paul de Vence bénéficie d’une situation géographique unique. Il domine la Côte d’Azur et se trouve à : 

 
• 7 km de Cagnes-sur-Mer
• 12 km de Nice
• 16 km de l’aéroport Nice-Côte d’Azur
• 15 minutes de l’autoroute

Une relation intime à l’art et aux artistes

Dès les années 20, de nombreux peintres s’installent dans le village, attirés par la douceur de vivre et la lumière du lieu.Picasso, Braque, Miro, Derain, Signac, Modigliani ou encore Matisse y séjournent. Chagall, lui, repose dans le cimetière après avoir résidé près de 20 ans sur les collines du village. Quelques années plus tard, Saint- Paul de Vence voit le passage régulier d’écrivains (Giono, Gide, Sartre, Beauvoir, Colette) ou de stars du 7 ème Art (Montand, Signoret, Ventura…) qui tombent sous le charme du village. Jacques Prévert s’y installera une quinzaine d’années.

Aujourd’hui, les ateliers et galeries d’art qui jalonnent les rues du village, les collections des salles de la Colombe d’or, ainsi que la Fondation Maeght (qui possède une des plus importantes collections en Europe d’art moderne du 20ème siècle) témoignent d’un héritage artistique toujours vivace.

 

La musique vient, dans le cadre de ce festival, compléter l’éventail artistique et culturel de Saint-Paul de Vence. Aujourd’hui le festival a réussi à établir une relation intime entre la musique et le village, en proposant une programmation au niveau de l’histoire et de la notoriété du site.

Un lieu touristique et culturel majeur

Les atouts géographiques, architecturaux et l’histoire expliquent facilement que Saint-Paul de Vence soit devenu un lieu touristique majeur

Avec une estimation de plus de 2 millions de visiteurs par an, le village de Saint-Paul de Vence est même devenu, le village pittoresque français le plus visité. Programmé au mois de juillet, le Festival de Musique de Chambre bénéficie de l’affluence estivale ainsi que d’une importante visibilité.

La Place de la Courtine

Un cadre magique pour des concerts panoramiques

Lieu emblématique du Festival, la Place de la Courtine au soleil couchant est le cadre idéal pour une soirée de concert. 

 
Elle accueillera 6 des 8 concerts de l’édition 2018.
Un festival et son public ont besoin d’un lieu circonscrit, d’un décor pour que la magie s’opère autour de la scène.

 

L’élégante intimité de la place de la Courtine (capacité de 450 à 500 places), le long des remparts, est le parfait écrin pour accueillir des concerts de musique de chambre et faire de chaque concert un moment exceptionnel.

 Aux pieds des célèbres remparts, classés à l’inventaire des Monuments Historiques et face aux montagnes qui se découpent sur le ciel encore rouge, comment ne pas être surpris et émerveillés par le cadre ?

 

Au coucher du soleil, le regard des spectateurs porté vers la Méditerranée, les musiciens font leur entrée, et la magie peut s’opérer.

La Fondation Maeght

Un lieu mythique dédié aux Arts

Depuis 2014, le Festival a élu domicile le temps d’un concert dans le cadre majestueux de la Fondation Maeght, lieu d’inspiration autant que de création. 

Chaque concert ici est un évènement, qui se déroule toujours à guichet fermé (capacité de 300 à 350 places). Le public répond présent avec enthousiasme non seulement pour profiter d’un concert du festival aux sonorités différentes (essentiellement jazz), mais aussi pour profiter de ce lieu unique chargé de culture, d’histoire et de créativité. Après la Cour Giacometti les premières années, c’est dans le Labyrinthe Mirò que s’est installée la scène du Festival depuis deux ans avec des concerts de Francesco Tristano ou Emile Parisien.

 L’organisation de concerts dans ce lieu est totalement inédite et permet au public, disposé sur plusieurs niveaux, de profiter d’une vue unique sur les musiciens en même temps que sur les oeuvres de Mirò. Cette année, le festival revient donc dans le Labyrinthe Miró pour un nouveau concert jazz en plein air, le 24 juillet à 21H, avec la trompettiste Airelle Besson et le Violoncelliste Vincent Segal. Ce concert sera co-produit avec la Biennale Internationale de Saint-Paul de Vence (BIS).Les partenariats construits avec la Fondation Maeght et la BIS ont un sens tout particulier pour le Festival qui a à coeur de s’inscrire dans la relation féconde que le village entretient avec les arts.

Église Collégiale

Un nouveau lieu propice à une relation intime avec la musique

Pour la Première fois, le Festival s’installe le temps d’un concert dans le cadre magnifique de l’église collégiale de Saint-Paul, pour le seul concert de cette 8ème édition qui ne sera pas en plein air. 

 
L’église collégiale est indissociable de Saint-Paul de Vence. De la silhouette horizontale du village, se distingue immédiatement le clocher de l’église.

Y organiser un concert est aussi comme un clin d’oeil aux origines du festival, dont l’idée a germé dans la tête du quatuor Modigliani lors d’un concert en 2010 dans cette même église… Pour que cela fonctionne il fallait plusieurs éléments : Quatre jeunes musiciens qui tombent amoureux d’un lieu, d’un village ; un public conquis et une mairie prête à se lancer dans l’aventure.

Huit ans plus tard, Victor Julien Laferrière, premier violoncelliste lauréat du très prestigieux concours Reine Elisabeth de Belgique (en 2017) et «instrumentiste de l’année 2018» aux Victoires de la Musique, revient au Festival pour y interpréter les magnifiques 3 premières suites de J.S. Bach. Un programme poignant pour la 1ère incursion musicale du Festival dans la magnifique église collégiale.